laveritehebdo.com

Africités 2018: Le Maroc a pris toutes les mesures nécessaires pour lutter contre la violence à l’égard des femmes

AFRIQUE Z- NEWSLETTER (apm) / 24 novembre 2018 - Par: LA VÉRITÉ avec MAP
Africités 2018: Le Maroc a pris toutes les mesures nécessaires pour lutter contre la violence à l’égard des femmes

Le Royaume Maroc a pris toutes les mesures nécessaires pour assurer l’ancrage constitutionnel et législatif de la lutte contre la violence à l’égard des femmes afin de renforcer et de développer les acquis, tout en favorisant le cadre stratégique nécessaire pour définir et coordonner les interventions, a indiqué, vendredi à Rabat, la ministre de la famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social, Mme Bassima Hakkaoui.

Le Maroc est devenu l’un des premiers pays à manifester un grand intérêt pour la lutte contre la violence et l’exploitation sexuelle à l’égard des femmes, et il a débuté pendant les années 90 avec la société civile, suivie d’une implication directe du gouvernement par l’élaboration de la première stratégie nationale de lutte contre la violence à l’égard des femmes, a souligné la ministre qui intervenait lors d’une séance sur “Les villes africaines, Zéro tolérance à l’égard de la violence des femmes et des filles” dans le cadre de Africités 2018.

Dans ce sens, Mme Hakkaoui a rappelé la promulgation de la loi n ° 103.13 sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes, qui repose sur les principes de base adoptés pour lutter contre la violence à l’égard des femmes (prohibition de la violence à l’égard des femmes, prévention de la violence, protection des victimes et prise en charge des victimes de violence) , qui contient un ensemble de dispositions juridiques qui visent la protection des femmes contre la violence à leur égard.

La loi sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes prévoit une série d’engagements pour les autorités publiques, en particulier dans les domaines de la protection, de la prévention et de la prise en charge des femmes victimes de violences, qui se traduiront dans la deuxième stratégie nationale de lutte contre la violence à l’égard des femmes, qui sera annoncée cette année et sera appuyée par les données et les statistiques qui vont ressortir de la deuxième enquête de la prévalence de la violence au Maroc, lancée par le ministère fin 2017, a-t-elle fait savoir.

Selon Mme Hakkaoui, l’expérience du Maroc de ces dernières années a montré que les politiques, lois et programmes de prévention n’arrivent pas à atteindre l’impact souhaité dans tous les domaines et à toutes les étapes de la vie, que seulement lorsqu’ils sont renforcés par l’action des acteurs locaux et régionaux, précisant que cette session est l’occasion d’échanger des points de vue, des expériences et des bonnes pratiques, et de contribuer à l’élaboration de propositions concrètes qui permettront à tous les acteurs gouvernementaux, chefs des communes territoriales , les élus et à la société civile de promouvoir les villes africaines et de les libérer de la violence et de la discrimination, et les rendre accessibles à tous les âges.

Cette rencontre a été marquée par le lancement officiel de la première campagne « villes africaines, Zéro tolérance à l’égard de la violence des femmes et des filles » lancée par le Réseau des Femmes élues locales d’Afrique (REFELA) en partenariat avec le ministère de la famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social.

 

VOS RÉACTIONS