laveritehebdo.com

Colloque: « Al Boraq », un catalyseur de la dynamique socio-économique et un symbole d’une nouvelle ère de la mobilité

ÉCONOMIE Z- NEWSLETTER (apm) / 28 novembre 2019
Colloque: « Al Boraq », un catalyseur de la dynamique socio-économique et un symbole d’une nouvelle ère de la mobilité

Les participants à la deuxième édition du Colloque de la grande vitesse ferroviaire au Maroc, tenue mercredi à Rabat, ont relevé les effets d’entrainements multidimensionnels d' »Al Boraq » en tant que catalyseur de la dynamique socio-économique et symbole d’une nouvelle ère de la mobilité.

Outre son impact positif sur le marketing territorial, ces effets couvrent différents registres tels que l’urbanisme, le foncier et l’immobilier, sans oublier l’attractivité économique et touristique des villes concernées, ont souligné les participants à cette rencontre organisé par l’Office national des chemins de fer (ONCF), sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et en collaboration avec l’Union internationale des chemins de fer (UIC), indique un communiqué de l’ONCF.

La cérémonie d’ouverture de cette importante manifestation a été présidée par MM. Abdelkader Amara, ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Mohamed Rabie Khlie, directeur général de l’ONCF et François Davenne, directeur général de l’UIC, en présence de responsables de différents organismes et départements sectoriels, selon la même source.

Ce colloque a rassemblé plus de 400 personnalités et représentants venant de divers horizons (décideurs, élus, responsables, experts ferroviaires, professionnels, universitaires, chercheurs, ingénieurs…) pour apprécier les performances du train « Al Boraq » après une année de son exploitation, partager ses retombées matérielles et immatérielles et promouvoir le ferroviaire en général et la grande vitesse en particulier, en tant que système de mobilité durable.

Il permet également de s’enquérir de l’expérience des autres réseaux ayant adopté ce système de transport, jouissant d’atouts indéniables pour la collectivité en tant qu’outil de développement des territoires. « Si la grande vitesse ferroviaire est considérée par bien des pays qui l’ont adoptée comme une technologie de pointe au service du développement économique et un instrument majeur de l’aménagement du territoire, il n’en demeure pas moins que dans son sillage, elle apporte également un savoir-faire indéniable à valoriser et s’impose comme un vecteur de la transition énergétique et un outil de relance technologique et industrielle », ont affirmé à l’unanimité les intervenants lors de ce colloque, note le communiqué.

C’est une nouvelle ère des chemins de fer qui s’ouvre au Maroc, portée par « Al Boraq », symbole d’une nouvelle expérience de voyage, qui a repensé la stratégie voyageurs de l’office de fond en comble, rendant le train plus accessible, se félicite l’ONCF, notant que cette stratégie a été axée sur quatre fondamentaux, à savoir un nouveau concept de voyage, un plan de transport étoffé, une offre innovante pour tous et une excellence opérationnelle.

Au terme de sa première année d’exploitation, « Al Boraq », qui a amené, entre janvier à octobre 2019, quelque 2,5 millions de voyageurs à lui faire confiance (3 millions de janvier à décembre 2019) transportés par 7.000 trains au total avec une moyenne journalière de 8.250 voyageurs, a confirmé son rôle de véritable locomotive pour amorcer un nouveau virage, opérer un saut qualitatif majeur et réinventer clairement l’offre ferroviaire nationale, précise l’Office.

A l’origine de ce franc succès résident des bénéfices-clients palpables entre des temps de parcours imbattables (Casablanca – Tanger en 2h10 seulement par exemple), des fréquences en amélioration continue (28 allers-retours/jour), une ponctualité avoisinant 97%, une tarification modulable et accessible pour tous, un confort rehaussé, des places assises garanties et des services en gares et à bord à forte valeur ajoutée, indique le communiqué, relevant qu’Al Boraq a donc plus d’un atout pour plaire et enregistrer un taux de satisfaction client de 92%.

Vecteur de changement, « Al Boraq », qui vise à diversifier son offre pour répondre aux besoins spécifiques de ses clients, étend ses effets novateurs aux autres composantes de l’offre ferroviaire grâce au nouveau concept de voyage mis en place, au parcours client entièrement repensé et aux services innovants offerts, poursuit-on.

L’ONCF indique que, fort de ces réalisations, il entame un nouveau cycle de développement pour maintenir le cap de modernisation du secteur ferroviaire et consolider les performances enregistrées, faisant savoir que ce nouveau cycle sera matérialisé dans le cadre d’un Contrat-Programme Etat-ONCF visant à asseoir un nouveau modèle économique pour pérenniser l’action de l’ONCF et lui assurer toutes les conditions à même de lui permettre de poursuivre le déploiement de sa stratégie au service du développement socio-économique de Royaume.

 

VOS RÉACTIONS