laveritehebdo.com

Engagement à protéger les droits humains liés au Sida

SOCIÉTÉ Z- NEWSLETTER (apm) / 01 décembre 2018 - Par: LA VÉRITÉ avec MAP
Engagement à protéger les droits humains liés au Sida

Le ministère de la Santé et le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) ont signé, vendredi à Rabat, une convention relative à la mise en œuvre de la Stratégie nationale sur les droits humains et le VIH/ SIDA 2018-2021, visant la protection des droits des personnes atteintes de cette maladie. Signée par le ministre de la Santé, Anas Doukkali et le président du CNDH, Driss El Yazami, lors d’une rencontre organisée à l’occasion de la Journée mondiale contre le Sida, cette convention s’inscrit dans la vision de la Constitution de 2011, qui a renforcé l’engagement du Maroc à respecter et a promouvoir les droits de l’Homme dans leur universalité, leur indivisibilité et leur complémentarité et à souscrire aux principes, droits et obligations énoncées dans les conventions internationales.

En vertu de cette convention, les deux parties s’engagent à conduire une révision de l’environnement législatif de la riposte, une évaluation genre, une étude stigmat-index, ainsi qu’à la mise en œuvre d’une stratégie de communication contre la stigmatisation et la discrimination et la signature d’une note sur les droits de l’Homme dans le dépistage du VIH dans les prisons.

Selon un document publié à cette occasion, la stratégie définit un cadre de programmation cohérent pour promouvoir et protéger les droits liés aux VIH, et vise un changement au niveau de la société et des différents services concernés de manière à réduire les attitudes négatives, les refus de traitement et les discriminations envers les personnes vivant avec le Sida.

Quatre résultats d’effet sont attendus de cette stratégie nationale, à savoir la réduction de la stigmatisation et de la discrimination des personnes vivant avec le VIH et des populations clés en milieu de santé, la protection des droits humains de ces mêmes catégories, la réduction des obstacles à l’accès des populations vulnérables aux services de santé, ainsi que le renforcement de la gouvernance de la stratégie.

Dans une déclaration à la MAP, M. Doukkali a indiqué que le but principal de cette nouvelle stratégie est de lutter contre toute forme de discrimination et de stigmatisation à l’égard des personnes vivant avec la maladie, ajoutant qu’elle s’inscrit dans le Plan stratégique national de lutte contre le Sida 2017-2021, dont l’un des principes directeurs est le respect des droits humains et l’équité.

Cette stratégie, a-t-il poursuivi, s’aligne sur les objectifs de développement durable (ODD), la Déclaration politique sur le VIH/Sida de 2016 et la stratégie de l’ONUSIDA 2016-2021, visant l’accélération de la riposte pour atteindre zéro nouvelle infection à VIH, zéro décès lié au Sida et zéro discrimination, ainsi que la fin de l’épidémie du Sida d’ici 2030.

De son côté M. El Yazami a relevé que le Maroc est l’un des premiers pays arabes a disposer d’une stratégie de lutte contre le Sida basée sur l’approche des droits de l’Homme, soulignant que cette stratégie vise à contribuer à la mise en œuvre des dispositions de la constitution concernant le principe de non discrimination, et des différentes conventions internationales ratifiées par le Maroc, qui consacrent le droit à la santé et la solidarité sociale et prévoient la mise en place de politiques dédiées aux catégories les plus vulnérables.

Il a, dans ce sens, salué le rôle actif que la société civile marocaine joue, ainsi que les débats publics qu’elle initie autour de certaines questions inédites, notamment celle de la lutte contre le Sida et les droits de l’Homme, des domaines où la société civile et les professionnels de la santé, selon M. El Yazami, prennent l’initiative par des actions quotidiennes innovantes.

Dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale contre le VIH, placée cette année sous le signe “Connaissez votre statut” , le ministère de la Santé a initié cette rencontre avec comme objectif de mettre en exergue les expériences et les bonnes pratiques en matière de riposte au VIH et de lancer de nouvelles initiatives pour la lutte contre cette maladie.

De même, la campagne nationale de dépistage du Sida a été lancée, avec comme cible prioritaire les femmes enceintes, en vue de prévenir les cas de transmission du VIH de la mère à l’enfant, ainsi que les jeunes et les populations les plus exposées ou vulnérables à la maladie.

 

VOS RÉACTIONS