laveritehebdo.com

Essaouira: Les oliviers de la fraternité

À LA UNE Z- NEWSLETTER (matin) / 18 mai 2019 - Par: LA VÉRITÉ AVEC MAP
Essaouira: Les oliviers de la fraternité

Une initiative inédite baptisée ”Plantons la Fraternité” et qui consiste à planter des oliviers en signe de fraternité, de paix, et d’entente mutuelle entre les religions monothéistes, a été organisée vendredi à Essaouira.

Initiée par l’association ”Moga’jeunes” en partenariat avec l’association ”Essaouira- Mogador”, cette action s’inscrit dans le cadre des efforts menés par la société civile pour promouvoir la culture de paix, de tolérance, d’ouverture, de respect mutuel et du vivre-ensemble entre les religions et les peuples, qui caractérise le Maroc depuis de longs siècles.

Ainsi, un aréopage d’acteurs associatifs de la cité des alizés, des membres de la Fondation du Haut Atlas, des résidents étrangers à Essaouira et des adeptes de confréries religieuses ont procédé à l’église catholique Notre Dame de l’Assomption, à la plantation d’un olivier de la fraternité.
Par la suite, ils se sont dirigés à Bayt Dakira (Maison de la Mémoire) en cours d’achèvement qui abrite la Synagogue Simon Attia, où un autre olivier de la fraternité a été planté.

Un autre olivier de la fraternité a été également planté à la mosquée de la Zaouia El Kadiriya à Essaouira.

A noter que cette action d’entente mutuelle entre les religions a été organisée simultanément dans les villes de Rabat, Fès, Oujda, Marrakech et Casablanca et à Bruxelles, par les jeunes membres des associations regroupées sous le ”Label Morocco l’Ghedd’’, une occasion d’adresser un signal fort à l’ensemble de la Jeunesse, au Maroc bien sûr mais également à travers le monde meurtri par la barbarie.

”Les jeunes prennent la fraternité à la racine : le mois sacré du Ramadan, outre le jeûne, est l’occasion de faire preuve de façon encore plus approfondie de fraternité, de solidarité et d’attention envers autrui”, explique M. Ahmed Ghiyat dans une note parvenue à la MAP.

Et d’ajouter que Ramadan est “un mois de piété, de spiritualité qui doit nous permettre de nous approcher de l’Autre. La jeunesse est l’âge où l’ouverture, l’esprit, l’entraide, la curiosité et autres sont naturelles”, déplorant le fait que les temps actuels ne prédisposent guère à ces nobles sentiments. ”Pire encore, ce sont les instincts les plus belliqueux qui sont attisés : rejet, haine, violence, racisme…”, a-t-il dit.

M. Ghiyat n’a pas manqué de souligner que la jeunesse marocaine est issue d’une longue et belle tradition de vivre-ensemble, pourtant elle aussi, est la cible de courants de ‘’pensée’’ dont l’objectif est de “détruire l’humanité qui est en chacun de nous”, estimant que toute occasion de faire vivre la solidarité, la fraternité doit être saisie.

Dans une allocution de circonstance, le président de l’association ”Moga’Jeunes”, Otmane Mazzine, a relevé que cette initiative témoigne de la volonté de son association de faire vivre la Fraternité, pour lutter contre l’exclusion, et promouvoir les valeurs de paix, de respect mutuel et du vivre-ensemble notamment dans un monde en proie à la fracture et à l’exclusion, réitérant l’engagement des jeunes souiris à multiplier ce genre d’initiatives.

Le Père Jean-Claude Gons, Curé de l’église Notre Dame de l’Assomption d’Essaouira, a dit toute sa joie de voir cette jeunesse, qui est l’avenir, prendre cette initiative, notant que le choix de planter un olivier en signe de Fraternité est judicieux car l’olivier va grandir et c’est toute la paix qui doit grandir.

Il faut s’intéresser à l’autre et chercher à le connaitre, se mettre au dialogue et à la cohabitation et surtout d’oeuvrer à la paix, à la rencontre et à l’amitié, a-t-il préconisé.

Ahmed Harrouz, au nom de l’Association Essaouira-Mogador, a loué cette initiative portée par les jeunes, se disant en faveur de la multiplication de ce genre d’actions pour contrecarrer tous ceux qui prônent un discours radical attisant la haine et la violence.

Yossef Ben-Meir, président de la Fondation du Haut Atlas, a mis en avant cette singularité du Maroc en matière de tolérance, de paix et de coexistence, invitant musulmans, juifs et chrétiens à oeuvrer la main dans la main pour bâtir un avenir sûr et harmonieux pour toute l’humanité.

My Abdessalam El Moutaouakil, acteur associatif souiri, s’est attardé, quant à lui, sur cet aspect d’ouverture, de cohabitation et de respect mutuel qui a toujours caractérisé la ville d’Essaouira, mettant en avant les efforts déployés par le Maroc pour promouvoir l’islam tolérant et du juste milieu.

 

VOS RÉACTIONS