laveritehebdo.com

Essaouira: Présentation de l’étude sur la mobilité urbaine dans la ville et sa périphérie

CULTURE Z- NEWSLETTER (apm) / 22 décembre 2018 - Par: Amrani
Essaouira: Présentation de l’étude sur la mobilité urbaine dans la ville et sa périphérie

La présentation de l’étude sur la mobilité urbaine dans la ville d’Essaouira et sa périphérie immédiate sur un rayon de 20 km, a eu lieu vendredi à Essaouira, en présence de plusieurs universitaires, experts, responsables et élus du conseil communal de la ville.

Réalisée de manière participative par le Centre de Développement de la Région de Tensift (CDRT) et la Fondation Allemande Friederich Naumann pour la Liberté, en collaboration avec les autorités de la ville d’Essaouira, cette étude collecte une série de propositions de plus d’une vingtaine d’acteurs concernés directement par le transport et la mobilité.

Dans une allocution de circonstance, M. Ahmed Chehbouni, président du CDRT, s’est arrêté sur le contexte de cette étude qui s’insère dans le cadre du Projet ‘’Smart City et Mobilité durable à Essaouira’’ , notant que ce projet étalé sur 3 ans vise en définitive à améliorer les conditions de vie des populations, tout en favorisant un mode de gouvernance et de solidarité aptes à protéger l’environnement.

M. Olaf Kellerhoff, directeur-Maroc de la Fondation Friederich Naumann pour la Liberté, a donné un aperçu historique détaillé sur les missions de la Fondation et son engagement au Maroc, notant que le projet ambitieux ‘’Essaouira : ville intelligente’’ cadre parfaitement avec la démarche et l’engagement du Royaume pour les questions liées au développement durable et à la lutte contre les changements climatiques.

De son côté, M. Abdellatif Bahra, vice-président du conseil communal d’Essaouira, a loué l’importance de cette étude qui sert de ‘’feuille de route’’ pour l’amélioration de la mobilité urbaine à Essaouira, réitérant l’engagement du conseil communal à œuvrer avec l’ensemble des partenaires et acteurs agissant en faveur d’un développement durable et désireux de mieux accompagner la dynamique socio- économique que connaît cette ville.

Inscrite dans le cadre du Projet ‘’Smart City et Mobilité durable à Essaouira’’ , une initiative ambitieuse de repositionnement national et international de la ville d’Essaouira, cette étude cherche à mettre en place des conditions de mobilité durable moins contraignantes pour la population et non nocives à son environnement et cadre de vie.

Parmi les objectifs retenus pour l’étude, figurent l’identification de la situation actuelle et l’appréhension des différentes facettes de la mobilité, la définition des besoins, des priorités actuelles et futures de la population en relation avec la mobilité à l’horizon 2030, et le recensement des propositions de solutions de ces acteurs d’encadrement.

Ainsi, dans sa réalisation cette étude traite du cadre réglementaire d’encadrement de son domaine, des infrastructures (boulevards, chaussées, rond points, axes routiers, enceintes d’accueil des usagers…), de la flotte de déplacements et du transport, tout en mettant l’accent sur l’appréciation de la qualité du service offert en matière de mobilité et certains problèmes soulevés.

La population ciblée sont les élèves, les étudiants et la population active occupée. Les informations ont été sollicitées directement des différentes parties prenantes par la méthode dite ‘’en face à face’’. A cet effet, un guide d’interview a été élaboré pour chaque catégorie de parties prenantes et dont le contenu est adapté au degré de responsabilité de chaque partie dans la gestion ou dans la planification des actions dans le domaine des déplacements et du transport, lit-on dans une note de synthèse de ladite étude.

Ainsi, des thèmes de discussion et des rencontres ont été prédéfinis en fonction soit des attentes en infrastructures ou en équipement pour les déplacements et le transport ou l’accomplissement de prérogatives réglementaires. Un soin particulier a été porté aux aspects d’appui que peuvent avoir les actions et les interventions dans le domaine de déplacement et du transport pour les acteurs de bénéfice et par la suite au soutien du processus de développement de la ville dans sa globalité, ajoute-t-on.

L’étude, qui fournit une série de statistiques et de chiffres clés, établit un état des lieux du réseau de la circulation au niveau de la ville d’Essaouira et de son périmètre immédiat, fournit des résultats liés aux rendements de l’infrastructure existante et son coût d’utilisation (accidents de la circulation), à la politique de l’occupation du domaine public et à l’implantation de gros équipements structurels.

L’étude rappelle également qu’Essaouira est une ville moyenne qui a bénéficié d’importants investissements publics et privés, dont la nature et l’ampleur ne peuvent que renforcer son émergence en tant que grand pôle touristique régional et lieu privilégié d’investissements privés en espaces récréatifs et de détente d’envergure internationale, notant que cette province qui bénéficie d’investissements hydro-agricoles et de travaux d’équipements de ses terres pour l’irrigation, sera également dans les décennies prochaines un pôle agricole rivalisant avec les provinces voisines.

‘’Mais le maintien de cet élan de développement peut être affecté d’une manière irréversible par les solutions que beaucoup de gens choisissent pour faire face à des contraintes d’extension et d’étalement du tissu urbain de la ville d’Essaouira.

La ville historique d’Essaouira est une enclave de faible superficie presque enserrée par la forêt sauf à l’ouest où elle est limitée par la mer’’ , note l’étude. Et de faire observer que dans ces conditions d’enclavement, la mobilité, avec ses impératifs de sécurité et de fluidité de la circulation, de préservation de l’environnement et de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et des polluants, se trouve confrontée à de sérieux problèmes.

Ainsi, aux termes des recommandations fournies, l’étude préconise l’aménagement des aires de stationnement pour le transport touristique devant les principaux accès de la Médina, la décongestion de la place de Bab Doukala par son élargissement, la fermeture de certains boulevards à la circulation de véhicules en vue de les dédier aux piétons, la multiplication de l’offre en places de parking, l’installation de la signalisation, la relance des zones en régression par leur conversion en zones de mixité (habitation et activités commerciales et industrielles).

L’étude laisse constater que la reconversion de la zone industrielle en ce type de zone offrira à la ville un nouveau front de mer d’une longueur appréciable, préconisant la sauvegarde de la centralité de la Médina, la conservation de la vue panoramique offerte par le front de mer, la révision du cadre réglementaire d’action au niveau local pour plus de concertation et de coordination.

L’étude conclut que pour la ville d’Essaouira, le problème de la mobilité urbaine revêt un caractère double, notant qu’en plus de saisir et de faciliter les déplacements de la population pour un développement durable, cette mobilité doit songer également aux conditions pour mieux appuyer et accompagner l’activité socio-économique fragile, s’exerçant dans un espace géographiquement exigu et subissant plusieurs contraintes naturelles pour son extension.

 

VOS RÉACTIONS