laveritehebdo.com

Etat de santé d’Ali Bongo Ondimba

INTERNATIONAL Z- NEWSLETTER (apm) / 22 décembre 2018 - Par: Amrani
Etat de santé d’Ali Bongo Ondimba

Au cours d’une conférence de presse, animée ce vendredi à Libreville, le Rassemblement héritage et modernité (RHM) et ses alliés de l’Opposition ont soutenu l’idée de l’envoi à Rabat au Maroc d’un collège des médecins gabonais, pour constater la capacité du Chef de l’Etat de gouverner le pays. A ce sujet, ils ont indiqué qu’ils adresseront dans les tous prochains jours, une correspondance collective au Premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet.

Motivé par la communication approximative du Gouvernement au sujet de l’Etat de santé du Chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, mais surtout du fait de l’absence d’un bulletin médical officiel rendant compte de l’état de santé de son état de santé, le Rassemblement héritage et modernité (RHM) d’Alexandre Barro Chambrier et ses alliés, dont Guy Nzouba-Ndama du parti Les Démocrates(LD), Richard Moulomba de l’Alliance pour renaissance nationale (ARENA) , Jacques Adhianot , Casimir Oye Mba de l’Union nationale (UN), ont soutenu cette idée.

«Le RHM soutient l’idée émise par les présidents Guy Nzouba Ndama, Zacharie Myboto et par Maître Ange Kevin Nzigou de l’envoi à Rabat d’une équipe médiale gabonaise constituée, sur une base consensuelle, pour aller constater la capacité de M. Ali Bongo Ondimba de poursuivre l’accomplissement des lourdes charges qu’il s’est octroyées. A cet égard, nous avons décidé d’adresser, dans ce sens, une lettre collective au Premier ministre», a dit Alexandre Barro Chambrier.

Le président du RHM a dénoncé le traitement cavalier par le gouvernement au sujet de l’état de santé du Chef de l’Etat. «Nous avons, comme l’ensemble du peuple gabonais médusé, marqué notre étonnement puis notre désapprobation sur la communication gouvernementale marquée par un amateurisme inédit», a-t-il déclaré. *

Condamnant également «le mystère délibérément entretenu par l’entourage du Chef de l’Etat», qui pour lui, de façon évidente, contribue encore aujourd’hui à alimenter les rumeurs les plus folles, en plus de dégrader chaque jour un peu plus le climat politique et social, Alexandre Barro Chambrier a invité les uns et les autres à assumer chacun sa responsabilité patriotique devant l’histoire.

Soulignant au passage que «dans l’exercice de sa fonction, qu’elle ait été la manière dont il s’est maintenu au pouvoir, Ali Bongo Ondimba ne saurait être considéré comme un malade ordinaire». Revenant sur l’application de l’article 13 de la Constitution par la garante des lois, l’orateur a indiqué que cela relève du non-respect du principe de la séparation des pouvoirs.

Ce qui, d’après lui, au passage marque la faible crédibilité des institutions actuelles. Faisant observer à l’assistance la non publication par le Gouvernement, depuis son hospitalisation à Ryad en Arabie Saoudite, et ce jusqu’à ce jour, du bulletin médical relatif à l’état de santé réel d’Ali Bongo Ondimba, il a également fustigé la récente sortie du Vice-président de la République, Pierre-Claver Maganga Moussavou dans le Haut-Ogooué.

«Le Vice-président de la République a opportunément saisi l’occasion de cette catastrophe naturelle pour se livrer à un étonnant monologue mêlant conseils aux populations et confidences sur l’état de santé d’Ali Bongo Ondimba. Tout en officialisant, pour la première fois, l’accident cardio vasculaire dont a été victime Ali Bongo Ondimba, le Vice-président de la République annonce la suite de ce qui sera désormais le théâtre des prises de décision au sommet de l’Etat», a-t-il dit. Au sujet de l’extraterritorialité, notamment au sujet des actes relevant de la souveraineté nationale, le directoire du RHM et leurs alliés se sont interrogés sur la portée véritable de cette approche.

Ce d’autant plus que, pour eux, le Gabon n’est actuellement sous aucune occupation. Tout comme il a exprimé son inquiétude au passage sur «les détournements des fonds massifs des ressources budgétaires de l’Etat pour des destinations diverses».

 

VOS RÉACTIONS