laveritehebdo.com

Fatima Boubekdi: Pour un cinéma davantage orienté vers l’histoire du Royaume

CULTURE Z- NEWSLETTER (apm) / 22 décembre 2018 - Par: Amrani
Fatima Boubekdi: Pour un cinéma davantage orienté vers l’histoire du Royaume

Les grands faits marquants de l’histoire du Royaume et son patrimoine immatériel devraient être davantage mis en lumière par les cinéastes dans leurs productions, a estimé la réalisatrice Fatima Boubekdi.

Animant une conférence lors d’une journée d’études organisée jeudi dernier à la faculté des lettres de Béni Mellal sur le thème ”Cinéma et patrimoine” , la réalisatrice connue pour les célèbres séries télévisées ”Hdidane” et ”Romana et Bartal” , a noté que son expérience sur ce registre n’est qu’à ses débuts au vu de la richesse de l’histoire séculaire du Maroc, fertile en événements, sur de longues périodes, formant ”le socle de notre identité et notre mémoire collective”.

”C’est pourquoi il est nécessaire aujourd’hui de jeter des éclairages via le cinéma sur cette histoire et ce riche patrimoine immatériel, et faire en sorte que ce travail cinématographique soit au service des causes nationales et reflète aussi les espoirs de demain” , a-t-elle plaidée avant d’appeler les jeunes à s’intéresser davantage à l’histoire de leur pays car celle-ci représente leur identité, les incitant à valoriser et à revisiter le patrimoine immatériel national grâce aux possibilités infinies de l’image.

Et de faire savoir qu’elle tente, à travers ses productions, de préserver la mémoire collective et de montrer la beauté et la diversité du patrimoine culturel national et ce, dans une démarche esthétique visant à entretenir la mémoire collective qui représente un des fondamentaux de l’identité nationale et aussi dans le but de comprendre et transcender les défis posés à l’heure actuelle.

Elle a, par ailleurs, confié que son intérêt pour l’histoire et le patrimoine est également dicté par la régression de la lecture des ouvrages d’histoire et la domination du support visuel au détriment du livre, assurant vouloir transmettre sa passion et son expérience sur ce registre aux jeunes, notamment les étudiants dans les universités marocaines.

Dans une déclaration à la MAP, l’universitaire et critique de cinéma, Amer Charki a salué l’expérience de cette réalisatrice passionnée d’histoire et ses contributions dans la promotion et la découverte du riche patrimoine national, estimant que Fatima Boubekdi compte parmi les grandes figures du cinéma marocain.

Après une courte formation théâtrale à Casablanca, Fatima Boubekdi se découvre un intérêt pour le cinéma. Elle travaille aux côtés de Farida Bourquia en 1995 en tant qu’assistante à la réalisation. Une année plus tard, elle enchaîne les collaborations en travaillant en tant que scripte avec les cinéastes Mohamed Ismaïl, Hassan Benjelloun ou encore Abdelmajid R’chich. ”C’est la meilleure école” , comme elle le confie.

En 1999, elle sort son premier téléfilm, ”La porte de l’espoir” , pour la première chaîne nationale. En 2000, elle décide de se spécialiser dans le cinéma patrimonial, un cinéma qu’elle affectionne tout particulièrement. Elle accorde beaucoup d’importance aux contes populaires et aux grands faits marquants l’histoire du Royaume. Aujourd’hui, son nom est associé à ce genre de cinéma.

 

VOS RÉACTIONS