laveritehebdo.com

Forum Horizons Maroc à Paris

CULTURE Z- NEWSLETTER (apm) / 04 février 2019 - Par: LA VÉRITÉ AVEC MAP
Forum Horizons Maroc à Paris

Au Forum Horizons Maroc (FHM), il y avait foule dimanche. Une cinquantaine de grands groupes marocains du public et du privé et de multinationales implantées dans le Royaume se sont livrés à une véritable opération de charme : objectif séduire les profils pointus et les convaincre de venir au Maroc contribuer à son essor économique.

Le Forum, qui se targue d’être le premier salon de recrutement marocain à l’étranger, est une initiative de l’Association des Marocains en Grandes Ecoles et Universités (AMGE-Caravane). Dimanche, le temps d’une journée, il a installé ses quartiers à l’Espace Grand Arche de La Défense, premier quartier d’affaires européen, l’occasion pour une cinquantaine d’entreprises marocaines et étrangères basées au Maroc et des centaines de responsables RH d’aller à la rencontre des étudiants, jeunes diplômés et cadres actifs en France, leur fournissant des informations précises sur leur action au Maroc et leurs besoins en recrutement, leur faisant passer des entretiens ou carrément leur proposer un emploi.

Si l’année dernière, l’événement a attiré 1500 visiteurs, l’actuelle édition du FHM a réussi à augmenter de 25 pc le nombre de visiteurs, se sont félicités les organisateurs qui ne cachent pas leur ambition de contribuer, un tant soit peu, à lutter contre la fuite des cerveaux et à convaincre les compétences marocaines à l’étranger de revenir dans leur pays pour contribuer à son essor socio-économique.

‘’Il faut qu’on aide nos jeunes marocains, particulièrement les cerveaux marocains, qui sont en train de se former à avoir une conscience patriotique vis-à-vis du Maroc », a indiqué à la MAP, le secrétaire d’Etat chargé de l’investissement, Othmane El Ferdaouss, qui a effectué en compagnie de l’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa, une visite dans les différents stands et espaces du FHM.

Abordant la question de la fuite des cerveaux, un phénomène mondial qui n’épargne aucun pays, M. El Ferdaous a indiqué qu’il s’agit d’ « un problème dont on est très conscient et qu’on aborde régulièrement avec les associations professionnelles », estimant que cette problématique peut être appréhendée de deux façons.

La première, qui est la solution la plus vertueuse, consiste à former de façon massive et à résoudre le problème de l’adéquation formation-emploi. « Car un Marocain bien formé, qu’il travaille au Maroc ou à l’étranger est toujours un gain pour le Maroc ».

La seconde solution consiste à réguler le recrutement à l’international des compétences marocaines, c’est-à-dire autoriser les recruteurs étrangers à venir s’approvisionner dans les filières où il y a un surplus de formation et interdire les recrutements dans celles où il y a un déficit.

Le ministre a également souligné l’importance à accorder à la formation dans les domaines pointus « là où il y a un manque au Maroc, notamment les nouveaux métiers de demain », affirmant que la stratégie « génération digitale » va permettre d’aller voir chez les Marocains du monde qui ont ces compétences et de les ramener au Maroc pour qu’ils forment de nouveaux formateurs dans ces métiers. Ayant pour vocation de promouvoir le marché du travail marocain, servir les étudiants, jeunes diplômés, cadres expérimentés marocains en France et participer à la croissance du Maroc, le Forum Horizons Maroc se présente comme le premier salon de recrutement marocain à l’étranger.

“Cette journée a été très riche et très fructueuse. Elle nous a permis d’aller à la rencontre de compétences marocaines dans de nombreux domaines” , a indiqué à la MAP, Laura Du Moulin, Directrice des ressources humaines chez le groupe Masen. La DRH, qui s’est dite “ravie de la qualité des profils marocains rencontrés” , a exprimé sa conviction que certaines de ces rencontres vont se traduire par un contrat avec Masen, le groupe chargé de piloter les énergies renouvelables au Maroc.

En plus d’élargir le champ des offres d’emploi et de stage en invitant des entreprises exerçant dans différents secteurs (conseil, industrie…), le FHM a également fait « le choix de lancer un village start-up” , a confié à la MAP, Badr Lachgar, président de l’AMG-Caravane, justifiant ce choix par le fait que l’association avait remarqué que les jeunes profils marocains vivant à l’étranger “sont de plus en plus attirés par l’investissement et l’entrepreunariat au Maroc ».

De leurs côtés, le responsable du Forum, Othmane Erraji, a souligné la vocation du FHM qui est celle de réunir d’un côté, les plus grandes entreprises implantées au Maroc, et de l’autre, les hauts profils marocains qu’ils soient étudiants ou diplômés en France.

Ils a également indiqué que les dimensions « vivre et investir au Maroc » sont au cœur de la nouveauté de cette 23ème édition du FHM avec la tenue de deux événements : un Village Entrepreneuriat et Innovation qui se veut une vitrine mettant en avant les accomplissements des start-ups marocaines les plus innovantes et un lieu de rencontre avec les investisseurs marocains et étrangers et un Village d’Accompagnement qui a pour vocation d’apporter à ceux qui souhaitent s’installer au Maroc, des informations, des conseils et des services utiles et concrets pour mener à bien leurs projets.

Cette année, le forum a été marqué par la tenue de plusieurs conférences permettant de mieux appréhender les enjeux économiques et géopolitiques du Maroc, notamment une conférence sur le thème « quelles opportunités pour les métiers du digital au Maroc ? » et une autre sur le thème « investissement au Maroc : état des lieux et perspectives d’avenir ».

Jalila AJAJA

 

VOS RÉACTIONS