laveritehebdo.com

Le DG de l’OIM souligne le lien étroit entre la migration et le développement

INTERNATIONAL Z- NEWSLETTER (apm) / 06 décembre 2018 - Par: LA VÉRITÉ avec MAP
Le DG de l’OIM souligne le lien étroit entre la migration et le développement

Le monde commence à reconnaître aujourd’hui le lien étroit entre les mouvements des personnes et les potentialités de développement, a souligné mercredi, à Marrakech, le directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), Antonio Vitorino.

“Tous les Etats aussi bien du Nord que du Sud sont unanimes à reconnaître aujourd’hui le lien étroit existant entre les mouvements des personnes et les potentialités de développement à la fois pour les pays d’origine, de transit et d’accueil” , a-t-il relevé à l’ouverture des travaux du 11è Forum mondial sur la migration et le développement (GFMD, Global Forum on migration and development).

“Aucun pays à lui seul n’est en mesure de faire face aux défis de ce phénomène” , a-t-il insisté, relevant la nécessité d’une coopération et d’approches régionales et internationales communes pour une bonne gestion de la migration.

M. Vitorino qui a mis en relief la politique marocaine de gestion des flux migratoires, a fait remarquer que la migration, qui représente l’un des enjeux majeurs de ce siècle, ne doit pas devenir “le bouc émissaire” des problèmes socio-économiques et culturels dans les pays d’accueil.

La gestion de la migration doit se faire loin des calculs politiques étriqués, a-t-il ajouté, notant que la migration irrégulière porte atteinte aux droits des migrants eux-mêmes.

L’Administratrice assistante et Directrice de l’Unité de réponse aux crises du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Asako Akai, a relevé pour sa part, que le PNUD soutient les Etats membres à mettre en œuvre les objectifs du Pacte mondial sur la migration, relevant que la migration est inscrite aujourd’hui comme une priorité pour la communauté internationale.

Le secrétaire général de l’Organisation internationale des employeurs (OIE), Roberto Suarez-Santos, a noté de son côté, que les entreprises sont elles aussi concernées par la question de la migration, reconnaissant que les “entreprises durables” ont besoin de compétences parmi les migrants. Après avoir souligné que les mouvements des personnes sont bénéfiques aux entreprises, il a fait remarquer que la protection des droits des travailleurs migrants est à la fois une responsabilité des entreprises et des Etats.

Yasmine, une jeune migrante libanaise, a livré ses messages en tant que migrante et au nom de tous les migrants et réfugiés, reconnaissant que les femmes et les enfants sont les plus affectés par les pratiques illégales de la migration.

Après avoir passé en revue les problèmes relatifs à l’intégration des migrants, elle a appelé à ne pas sous-estimer les compétences des migrants, véritables porteurs d’innovation et de changement et à se réunir chaque six mois pour faire le bilan sur la mise en œuvre du Pacte mondial sur la migration.

Placé sous le thème “Honorer les engagements inter‐ nationaux pour libérer le potentiel de tous les migrants pour le développement” , cet important rendez-vous connaît la participation de hauts responsables des gouvernements marocain et allemand, des ministres et des vice-ministres de toutes les régions du monde, ainsi que de centaines de décideurs et praticiens représentant plus de 100 Etats membres des Nations Unies, la société civile, le secteur privé et d’autres organisations concernées.

Les travaux de ce Forum s’articulent autour de plusieurs thématiques à savoir : “tirer parti du potentiel que représentent les migrants en vue de renforcer la résilience” , “mobilité Sud-Sud : tendances, schémas et apprentissage transférable” , “adapter la gouvernance aux facteurs contemporains de la migration” , “la participation des migrants à la prestation de services publics” , “favoriser la mobilité régionale et la cohérence des politiques en faveur du développement” et “au-delà des envois de fonds : tirer parti de l’impact qu’ont la diaspora et les migrants sur le développement et promouvoir leur participation transnationale”.

Le programme de ce conclave comprend aussi des sessions spéciales sur la Plateforme de partenariats du GFMD et l’avenir du forum (ouvert uniquement aux chefs de délégation), un Espace commun et des Réunions d’affaires du GFMD et événements parallèles.

La coprésidence germano-marocaine du GFMD a été axée sur la contribution du Forum au processus mené par les Nations Unies en vue de l’élaboration d’un Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière et l’examen de la mise en œuvre des engagements en matière de migration figurant dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

 

VOS RÉACTIONS