laveritehebdo.com

Le programme Maghreb Oléagineux présenté au Salon national professionnel des céréales et légumineuses

MAGHREB Z- NEWSLETTER (apm) / 01 novembre 2019
Le programme Maghreb Oléagineux présenté au Salon national professionnel des céréales et légumineuses

Le programme Maghreb Oléagineux est présenté au Salon national professionnel des céréales et légumineuses, qui se tient du 31 octobre au 3 novembre à Berrechid, pour présenter ses actions et rencontrer les acteurs du secteur agricole.

Ce programme, cofinancé par l’Union Européenne et l’interprofession française des huiles et protéines végétales Terres Univia, s’inscrit dans la dynamique du contrat programme de développement des filières oléagineuses conduit par la Fédération interprofessionnelle des oléagineux (FOLEA) dans le cadre du Plan Maroc Vert et dont l’objectif est d’atteindre près de 130 000 ha de colza et tournesol, indique-t-on dans un communiqué.

Et de rappeler que le développement des filières oléagineuses de colza et tournesol s’inscrit directement dans le cadre du Plan Maroc Vert, qui doit conduire à la création de 1,5 millions d’emplois, l’amélioration du revenu agricole et à faire du secteur agricole marocain un véritable levier du développement socio-économique du Royaume.

Le programme Maghreb Oléagineux est ainsi présent au Salon national professionnel des céréales et légumineuses de Berrechid, au cœur de la région Casablanca-Settat, première région productrice de céréales à l’échelle nationale (23% de la production).

Dans le « grenier du Maroc » comme dans les autres régions productrices de céréales, l’introduction du colza et du tournesol a notamment été motivée par la nécessité de diversifier les cultures afin de renforcer les performances des cultures de céréales.

Cité dans le communiqué, le directeur général de l’Office national du conseil agricole (ONCA), Jawad Bahaji, a expliqué que « le besoin de diversifier les cultures et l’absence de problème de commercialisation sont des conditions très favorables qui ouvrent un potentiel de développement très important pour les filières colza et tournesol, à condition toutefois d’améliorer les connaissances des producteurs et des entrepreneurs agricoles pour améliorer leur rentabilité ».

M. Bahaji a, de même, estimé que « lors des trois prochaines années, le programme Maghreb Oléagineux mettra en place des plateformes de démonstration techniques et variétales dans six bassins de production, des journées de visites aux champs pour les agriculteurs animées à chaque étapes clés des cultures, en plus de formations organisées pour les conseillers techniques et les entrepreneurs agricoles impliqués dans la filière ».

De l’avis de Guénaël Le Guilloux, responsable du développement international de Terres Univia, « ces actions visent à diffuser les bonnes pratiques de cultures nécessaires à l’expression du potentiel des semences et à l’amélioration de la rentabilité des exploitations ».

Pour sa part, le secrétaire général de la Fédération interprofessionnelle des oléagineux (FOLEA), Mohamed El Baraka, a souligné que le Maroc bénéficie d’une filière oléagineuse structurée et de l’implication forte d’acteurs industriels qui fournissent aux agriculteurs un encadrement technique, des intrants et leur assurent le débouché pour leurs graines.

Le responsable a également mis en avant l’aspect stratégique de l’approvisionnement en semences de qualité pour le développement de la filière. « Au Maroc, une clé de la performance de la filière réside dans la qualité et la disponibilité de semences adaptées aux conditions agro-climatique des bassins de production marocain », a-t-il dit.

De son côté, le directeur de la Fédération nationale interprofessionnelle des semences et plants (FNIS), Mohamed Saidi, a souligné l’intérêt des semences européennes pour le développement des filières colza et tournesol, relevant que « le catalogue européen offre une large diversité de variétés ainsi qu’une qualité et une traçabilité reconnue mondialement ».

« Elles sont garanties sans OGM et leur traçabilité est totale, de la production au conditionnement. Nous avons eu l’opportunité de constater le sérieux de ces schémas de production lors de voyages d’études et l’ONSSA contrôle leur qualité et leurs performances dans les conditions marocaines avant de permettre leur mise en marché au Maroc », a-t-il poursuivi.

 

VOS RÉACTIONS