laveritehebdo.com

Le racisme anti-afrricain en Algérie

AFRIQUE Z- NEWSLETTER (matin) / 09 février 2019 - Par: integration team
Le racisme anti-afrricain en Algérie

Un étudiant zimbabwéen en Algérie aurait été assassiné mardi 05 février soir, par des Algériens dans le cadre d’une attaque apparemment xénophobe.

L’étudiant a été identifié comme étant Prosper Ndudzo, âgé de 22 ans, étudiant pour un diplôme en électromécanique et boursier à l’Université Badji Mokhtar (également connue sous le nom d’Université d’Annaba) sur la côte nord-est de l’Algérie. Ndudzo a été tué dans une attaque au couteau, poussant ses camarades à protester contre ce meurtre raciste.

Des étudiants d’Afrique subsaharienne, nombreux dans le pays, craignent maintenant pour leur sécurité. Les ressortissants d’Afrique noire sont souvent objet d’attaque ou de comportement xénophobe dans ce pays du Maghreb.

Le problème du racisme en Algérie est longtemps resté tabou. Soit au nom d’une religion musulmane qui ne reconnait pas les races et dont les Algériene seraient les fermes adeptes, ou soit au nom d’un socialisme postindépendance qui considère théoriquement que tous les citoyens sont égaux, l’élite Algérienne, comme le régime en place, ont maintenu pendant cinquante ans, un statu quo sur un problème qui devient aujourd’hui impossible à dissimuler, tant que le racisme prend des proportions alarmantes, et semble suivre un parcours à l’occidentale, c’est-à-dire qu’il devient décomplexé parmi les petites gens, et est parfois assumé par les pouvoirs publics via des chasses à l’homme noir épisodiquement organisées.

 

VOS RÉACTIONS