laveritehebdo.com

Nador: Les zones humides et les changements climatiques

INTERNATIONAL Z- NEWSLETTER (apm) / 01 février 2019 - Par: LA VÉRITÉ AVEC MAP
Nador: Les zones humides et les changements climatiques

”Les zones humides et les changements climatiques’’ , est le thème d’une rencontre scientifique qui se tiendra, samedi prochain à Cap de l’Eau (province de Nador), à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des zones humides.

Initiée par l’Espace de Solidarité et de Coopération de l’Oriental (ESCO), l’association Moulouya pour l’Environnement et le Développement (AMED) et le collectif de l’Ecolo Plateforme du Maroc du Nord (ECOLOMAN), cette rencontre se veut une occasion pour étudier l’état actuel de la zone humide du site d’intérêt biologique et écologique (SIBE) de l’Embouchure de la Moulouya et les perspectives d’action à mener pour mieux le préserver et le protéger.

L’objectif étant de sensibiliser les acteurs locaux et les décideurs sur l’importance écologique, sociale et économique des zones humides en tant qu’écosystème fragile, fortement touché par les actions de l’Homme et les changements climatiques, expliquent les organisateurs dans un communiqué.

Il s’agit également d’examiner les procédés à même de gérer et de mieux défendre ces zones conformément à la Stratégie nationale pour les zones Humides et aux Plans de gestion durable et participative qui intègrent tous les acteurs notamment les riverains et les associations de la société civiles actives dans ce domaine. L’enjeu actuel est de promouvoir l’implication effective et la contribution des organisations de la société civile dans les politiques publiques au niveau local et régional, et ce conformément aux dispositions de la Constitution, relève la même source.

Le Maroc, avec l’appui de nombreuses instances internationales (Union Européenne, Banque Mondiale, RAMSAR, PNUD, …) a fourni des efforts louables dans le domaine de la gestion et la préservation des écosystèmes fragiles des zones humides et des aires protégées, souligne-t-on, mettant l’accent sur la bonne volonté et les efforts déployés par les institutions chargées de la gestion des zones humides, et la mise en place d’un cadre législatif favorable à une mise en gestion réelle de ces zones, comme la Charte nationale de l’environnement et du développement durable, la Loi sur l’Eau et la loi sur les aires protégées.

Toutefois, les associations organisatrices de cette rencontre, relèvent la nécessité de conjuguer les efforts pour lutter contre la dégradation des zones humides et de les préserver contre la pression et l’avancée de l’immobilier et de la pollution liquide et solide. Elles avancent par ailleurs que de nombreuses zones humides majeures ne disposent pas encore de plans de gestion ni de comité de gestion locale.

De même, des zones humides bien qu’elles remplissent les critères de la Convention Ramsar, notamment dans les oasis et les zones arides, ne sont pas encore proposées et ce, malgré la finalisation de l’inventaire national des zones humides.

La rencontre est organisée avec le soutien financier de l’Union Européenne dans le cadre du Programme ‘’Moucharaka Mouwatina’’.

 

VOS RÉACTIONS