laveritehebdo.com

Point de mire : Déverrouiller l’accès à l’information

CHRONIQUES Z- NEWSLETTER (matin) / 30 juin 2018 - Par: Amrani
Point de mire :  Déverrouiller l’accès à l’information

L’accès à l’information est devenu un droit constitutionnel depuis 2011. L’article 27 de la loi suprême du pays stipule dans ce sens que «les citoyennes et les citoyens ont le droit d’accéder à l’information détenue par l’administration publique, les institutions élues et les organismes investis d’une mission de service public.

Le droit à l’information ne peut être limité que par la loi, dans le but d’assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l’atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi». Malgré le fait qu’il ait été constitutionnalisé, l’accès à l’information est dans la plupart des cas verrouillé. Ce constat a été relevé par le chef du gouvernement El Othmani. Certains départements ministériels communiquent peu voire pas sur leurs actions et réalisations, souligne Saâd-Eddine El Othmani. La rétention de l’information, partielle ou totale, est une pratique courante au niveau de certains ministères et offices publics. Pour le chef du gouvernement, “écouter et agir demeurent insuffisant, si cela n’est pas suivi de communication et d’information du public”. Lors du conseil du gouvernement, El Othmani a insisté pour que les ministres communiquent pour montrer les réalisations et déverrouiller ainsi l’accès à l’information. “C’est ainsi que les citoyennes pourront évaluer le travail réalisé, de manière positive ou négative”, a-t-il souligné. “Il en est de même pour la presse, qui a le droit d’accéder à l’information, en temps utile, pendant et après l’exécution des missions gouvernementales”, a insisté le chef du gouvernement. A bon entendeur.

 

VOS RÉACTIONS