laveritehebdo.com

Presse: Le Salvador s’est débarrassé de la chimère de la « république de l’illusion »

À LA UNE Z- NEWSLETTER (matin) / 20 juin 2019
Presse: Le Salvador s’est débarrassé de la chimère de la « république de l’illusion »

En rompant ses relations avec le ‘polisario’, « l’entité virtuelle », le Salvador s’est débarrassé de la chimère de la « république de l’illusion », écrit l’agence de presse indépendante argentine « Alternative Press Agency ».

Dans un article consacré au retrait par le Salvador de sa reconnaissance de la pseudo « RASD », l’agence argentine spécialisée dans les questions stratégiques, souligne que le nouveau chef de l’État salvadorien, fraichement investi, Nayib Bukele, reconnaît que la politique étrangère du 21è siècle ne peut être guidée par des positions idéologiques mais par « le réalisme et la recherche d’intérêts nationaux authentiques ».

Selon l’auteur de l’article, l’académicien argentin Adalberto Carlos Agozino, cette approche s’est traduite par l’annonce de la rupture par le Salvador de ses relations avec l’entité « fantomatique », rappelant que le président Bukele a souligné que son pays avait reconnu par le passé une entité virtuelle qui ne dispose d’aucun attribut de l’État.

Et d’ajouter que le président du Salvador a confirmé que la rupture des relations avec l’entité imaginaire ouvrait à son pays des relations diplomatiques réelles et durables avec le monde arabe, en particulier avec le Maroc.

Le Royaume du Maroc est le pays le plus stable du Maghreb, a rappelé l’expert argentin, soulignant la croissance que connaît l’économie marocaine grâce à des partenariats avec des pays tels que la Chine, l’Inde et la Russie, ainsi qu’avec ses partenaires traditionnels.

En annonçant la décision de rompre ses relations avec le ‘polisario’, le Salvador s’est aligné sur les pays débarrassés de la chimère de la « république sahraouie » et qui ont rétabli leurs relations avec le Maroc, porte-drapeau du développement des pays du Sud.

Pour cet éminent académicien argentin, l’isolement diplomatique croissant, qui étouffe le +polisario+, risque de pousser les séparatistes vers davantage de radicalisme et d’extrémisme.

 

VOS RÉACTIONS