laveritehebdo.com

Promouvoir la culture démocratique et les droits de l’Homme

INTERNATIONAL Z- NEWSLETTER (apm) / 04 décembre 2018 - Par: LA VÉRITÉ avec MAP
Promouvoir la culture démocratique et les droits de l’Homme

Le ministère d’État chargé des Droits de l’Homme et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) ont signé, lundi à Rabat, le document de projet “Appui à la mise en œuvre du Plan d’action national en matière de Démocratie et des Droits de l’Homme (2018-2021)” (PANDDH), visant à promouvoir la culture démocratique et les droits de l’Homme.

Signé par le ministre d’État chargé des Droits de l’Homme, Mustapha Ramid et le représentant résident du PNUD et coordonnateur résident du Système des Nations unies au Maroc, Philippe Poinsot, ce projet vise à faciliter la circulation de l’information à l’ensemble des acteurs concernés, renforcer les connaissances et les capacités des acteurs institutionnels impliqués dans la mise en œuvre du PANDDH et élaborer des outils normatifs et des indicateurs qui permettront au Maroc de rapporter l’évolution de la mise en œuvre du PANDDH et des objectifs à atteindre dans le cadre de la programmation stratégique en matière des droits de l’Homme.

D’un budget global de 3.069.400 dollars américains, le projet s’articule autour de différents axes, notamment le suivi et l’évaluation du PANDDH au sein du ministère, l’appui à la mise en œuvre territoriale au niveau des régions, l’implication des universités dans l’accompagnement et la mise en œuvre du PANDDH, ainsi que l’élaboration des indicateurs droits de l’Homme des différentes politiques publiques pour la mise en œuvre du PANDDH.

Intervenant à cette occasion, M. Ramid a relevé que le projet d’appui s’inscrit dans le cadre des mesures entreprises pour assurer des conditions favorables à l’accompagnement du ministère d’État pour la mise en œuvre du PANDDH, notamment à travers la coopération avec le PNUD et les organismes des Nations Unies au Maroc.

Il a, dans le même sens, souligné que ce projet revêt une importance primordiale en termes d’intégration de la dimension des droits de l’Homme dans tous ses aspects (politique, civil, économique, social et culturel) dans les politiques publiques et les programmes sectoriels et ce, selon une approche participative impliquant toutes les parties prenantes.

“Il s’agit d’un projet axé sur le PANDDH, dont l’adoption a hissé le Maroc au rang des pays disposant d’une planification stratégique en matière des droits de l’Homme” , s’est-il félicité, notant que le Royaume est désormais le 39-ème État à avoir adopté un plan d’action en la matière et ce, conformément à la Déclaration et au Programme d’action de Vienne.

De son côté, M. Poinsot s’est félicité des efforts déployés par le Maroc en matière de protection des droits de l’Homme, notant que le PNUD va appuyer le projet en question à travers une unité de gestion, un mécanisme de suivi et d’évaluation, ainsi que des activités ponctuelles “qui vont venir à différents moments en fonction des besoins et des demandes”.

Dans une déclaration à la MAP, la représentante résidente adjointe du PNUD au Maroc, Martine Therer a indiqué que ce projet d’appui s’assigne pour objectif de faciliter la mise en œuvre des mesures prévues dans le plan d’action, afin de consolider le processus démocratique et renforcer la protection et la promotion des droits de l’Homme au Maroc.

Elle a, de même, souligné que le PNUD s’engagera à accompagner la mise en place d’une unité de gestion du projet, qui permettra de coordonner et d’assurer le suivi et l’évaluation régulière du plan d’action, pour s’assurer de son bon déroulement, faisant observer qu’une évaluation de l’état de mise en oeuvre des mesures est prévue tous les deux ans, pour éventuellement prendre des mesures correctives en cas de nécessité, afin que le plan puisse atteindre l’ensemble des ambitions et des objectifs qu’il s’est fixé.

L’élaboration du PANDDH en tant que cadre stratégique permettant l’intégration des droits de l’Homme et l’approche genre dans les politiques publiques et dans les différents plans sectoriels et programmes de développement économiques, sociaux et culturels, a été lancée en 2008.

Adopté en 2017 par le Conseil de gouvernement, le PANDDH se veut un cadre de coordination et d’harmonisation des politiques publiques en matière des droits de l’Homme.

 

VOS RÉACTIONS